Notre galère à Madagascar

Après la semaine passée avec Fred à descendre la Tsiribihina, nous souhaitions nous rendre de Morondava à Ifaty. Deux options de trajet s’offrent à nous :
Par la route et compter environ 30h de taxi brousse sur piste,
ou par la mer, en pirogue à voile, pendant 4 jours, durant lesquel nous pourrons nous baigner, voir des dauphins et des baleines et avec un arrêt chaque soir à Belo/mer, Morombe et Salary.

Nous optons pour la deuxième solution. Fred nous présente Felix, un de ces amis piroguier qui nous propose un départ deux jours plus tard en compagnie de sa sœur et son beau frère qui est lui aussi français.

juillet 2013 336

Vue de l’extérieur

juillet 2013 337

vue de l’intérieur

juillet 2013 340

en mer

2013-07-02 07.55.34

Capitaine Félix

Nous avons vite compris que Félix n’était pas un maître météo et dès le deuxième jour, on a passé une longue journée à attendre la moindre brize pour avancer. On s’est consolé avec le décor idyllique autour de nous mais le soir venu nous n’avions pas atteint Morombé comme prévu. Alors nous avons dormi sur un île  semi déserte, habitée occasionnellement par des pêcheurs nomades (Les vezos)…et par des rats !

2013-07-03 14.03.50

Terre en vu !

3b2a1-dsc03122

« village » Vezo

Le lendemain c’est reparti pour une autre très longue journée en mer à attendre un souffle de vent. Les vivres s’amenuisent et nos réserves d’eau minérale aussi. Il nous reste 1 bouteille sur les 6 que nous avions embarquées à bord. Nous croisons un banc de dauphins qui nous remonte le moral et on attend, on attend encore,on attend beaucoup…Le soir, nous ne sommes toujours pas à Morombé et c’est une nouvelle nuit sur une plage de Vezo et de flamand roses. Le couché de soleil et le ciel étoilé nous font vite oublié qu’il nous reste seulement une demi bouteille d’eau minérale et que nous n’avons plus  de vivres.

41022-dsc03125

2013-07-03 17.20.14

juillet 2013 351

pic nic improvisé.

Troisième jour, départ aux aurores. Cette fois ci le vent souffle fort, très fort, trop fort et en sens inverse ! La mer est déchaînée, la pirogue en bois s’éclate contre les vagues qui nous avalent une fois sur deux. Je suis paniquée et réfléchis aux pire scénarios, Greg lui fait (encore) confiance à Félix qui ne contrôle absolument rien et qui reste figer face au danger. C’est finalement sa sœur qui le raisonne pour faire demi tour et retourner sur la plage.
Il est 10 h, nous retrouvons le rivage dans un autre « village » Vezo, en promettant que nous ne remonterons pas dans la pirogue une fois de plus. Félix doit nous trouver une autre solution pour rejoindre Ifaty. Après conseil de village, il est décidé que le lendemain, des habitants du village nous conduirons en pirogue (sur le fleuve cette fois ci) dans un autre village ou nous devrons négocier une charrette à zébu pour rejoindre Ambahikily pour monter dans un taxi brousse en direction d’Ifaty.
Mais avant ça il nous faut patienter une journée dans ce village où les enfants nous fuient en hurlant car ils n’ont jamais vu de blancs auparavant. Nous achetons du riz et une poule aux pêcheurs que nous cuisinons directement sur la plage mais nous n’avons toujours pas d’eau potable. Nous essayons de rassurer le enfants et les attirons grâce à des ballons que nous avions dans notre sac. Très vite nous devons en gonfler une trentaine. Nous finissons cette quatrième  journée par une partie de foot géante avec les enfants du village et une série de chants et danses traditionnels.

juillet 2013 374

D’abord 2 courageux …

juillet 2013 376

puis 5 curieux…

Enfants Malgaches

Et enfin 13 ballons plus tard

DSC03129

Institut de beauté

et on improvide une partie de foot

Cinquième jour: trois heures de pirogue traditionnelle sur le fleuve Mangoky, 1h de marche en plein champs, 5h de charrette à zébu avec un zébu souffrant d’aérophagie, quelques heures d’attente à Ambahikily où pour la première fois l’accueil est assez agressif mais où nous rencontrons oh miracle,  Christine, une messine qui vient rendre visite à ses parents et qui nous offre  une douche (la première depuis le début de notre aventure) et un bon repas avant les 24 heures de taxi brousse qui nous emmèneront jusqu’à Ifaty.

juillet 2013 380

Un kilomètre à pied ça use, ça use…

juillet 2013 387

juillet 2013 393

Taxi Brousse : Vue de l’extérieur

5f2fc-dsc03197

Taxi brousse: Vue de l’intérieur

DSC03181

24h sur piste

439ab-dsc03217

Pour enfin voir les baleines à Ifaty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s